Rechercher
  • Meili

Cruella, bientôt nue !

Obsédée par les fourrures, elle est la méchante qui porte le mieux son nom (franchement maléfique, il y a plus maléfique quand même!!!) et quoi de pire que d’élever des sublimes créatures pour les dépecer vivantes au nom de la mode?


Ici nous allons parler fourrure mes chatons, et non pas la fourrure toute douce de votre compagnon à quatre pattes mais plutôt celle des visons, renards, chinchillas, lynx, hamsters et lapins qui naissent et meurent tragiquement dans des fermes à fourrure.

Cette liste étant non exhaustive, sachez que dans certains pays du monde, l'ours, l’écureuil, le loup, le castor, l'hermine et pleins d'autres sont chassés par des trappeurs dont les pièges sont particulièrement cruels.


Un magnifique renard gris engraissé pour maximiser le profit de sa fourrure : il aura passé toute sa courte vie dans une cage d'une ferme à fourrure avant de mourir dans d'atroces souffrances.


Ouvrez les yeux et dites "NON" à la maltraitance animale !


Quelques chiffres pour ceux et celles qui pensent qu'on ne trouve plus que de la fourrure dans des dépôts-vente et des boutiques vintage.

1 millions de travailleurs, 30 milliards de revenus, c'est encore la place énorme qu'occupe l'industrie de la fourrure aujourd'hui.

Malgré les campagnes de PETA et de Fur Free Alliance, 100 millions d'animaux restent toujours tués chaque année pour leurs fourrures, il faut donc continuer le combat commencé il y a plusieurs décennies...


Ci-dessous, un exemple de la campagne PETA qui a duré 30 ans et qui grâce aux résultats très encourageants visibles dans l'industrie de la mode va laisser place à une autre campagne sur les enjeux du cuir et la laine.

Pour une mode sans cruauté, faîtes comme Miss Baldwin, votre peau suffit amplement, pourquoi porter celle d'un autre animal ?

#veganfashion #crueltyfreefashion #ethicalfashion #wearyourownskin


La lumière au bout du tunnel

De nombreuses griffes ont néanmoins opté pour une mode #furfree sous la pression des défenseurs des animaux!

Versace, Gucci, Burberry ainsi que Calvin Klein, Giorgio Armani, Michael Kors, Ralph Lauren ou encore Tommy Hilfiger ont déclaré avoir banni cette matière "noble" et la liste des créateurs ne fait que s'allonger grâce à une prise de conscience mais aussi à la création de fausse fourrure aussi qualitative que la vraie


Alors pourquoi choisir l'option cruauté quand celle-ci n'est pas nécessaire?

Donatella Versace déclarait il y a bientôt 2 ans déja : "C’est notre responsabilité de protéger l’environnement et l’écosystème. On possède aujourd’hui la technologie pour développer de nouvelles fibres, qui peuvent se substituer aux peaux animales et qui ont les mêmes standards de qualité."


Couverture Vogue Août 2017 sur la protection des animaux avec Gisele Bündchen


La fourrure synthétique reste néanmoins polluante car crée à partir de Nylon, polyester et acry­lique façonnés grâce au pétrole mais c'était sans compter la magie de mère nature (qui est une vraie fashionista comme je le disais dans mon article sur les matières végétales ) et qui nous offre la possibilité de créer de la fourrure végétale à base de soja, d'algues, d'ortie, ou encore de lyocel (la pulpe d’eucalyptus).


Le développement de fourrures éco-responsable et éthiques est bien sûr toujours en cours mais avec les ressources des plus grandes griffes, je pense que l'on pourra bientôt admirer cette matière ingénieuse pendant les défilés (avant que ceux-ci ne disparaissent définitivement bien évidemment).


La 1ère à avoir innover dans ce domaine est bien évidemment Stella McCartney avec sa fourrure KOBA : cette alternative à la fourrure animale est composée d’un mélange à base de polyester recyclé et de fibres végétales Sorona®. L’utilisation de cette nouvelle technologie permettrait de réduire de 30% la consommation d’énergie et de 62% les émissions de gaz à effet de serre liés à la production d’une fourrure synthétique.


Porté ici par la magnifique Natalia Vodianova, ce long manteau ceinturé est la première pièce réalisée dans cette matière innovante.

Il rejoint la sélection FUR FREE FUR déjà créée par la styliste britannique en fourrure synthétique.












Alors, entre vraie (très cruelle), synthétique (assez polluante), végétale (plutôt rare) ou aucune (la solution pour laquelle j'ai opté), pour laquelle allez-vous craquer ?

25 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout